La bravoure sous les tirs : la Croix de Victoria à Dieppe

Paul Delmore (à gauche), ancien combattant ayant pris part au raid sur Dieppe, salue le monument commémoratif au pont Merritt, à l’occasion du 75e anniversaire du raid sur Dieppe, à Pourville, en France, le 20 août 2017. Photo : cpl Andrew Kelly.
Paul Delmore (à gauche), ancien combattant ayant pris part au raid sur Dieppe, salue le monument commémoratif au pont Merritt, à l’occasion du 75e anniversaire du raid sur Dieppe, à Pourville, en France, le 20 août 2017. Photo : cpl Andrew Kelly.

Étiquettes : | |

Le raid de Dieppe fut un échec militaire pour les Alliés puisque près de la moitié des 5 000 militaires canadiens qui formaient la majorité de la force d’attaque ont été capturés ou tués par les Allemands. Cependant, au milieu de ce carnage, les actes de courage sont des plus brillants. À Dieppe, deux soldats canadiens ont reçu la Croix de Victoria, la plus grande distinction militaire du Commonwealth, pour leur bravoure extraordinaire.

Le pont de Pourville

Pourville se trouvait sur le flanc ouest du raid de Dieppe. Les unités canadiennes qui ont été déposées à cet endroit initialement ont rencontré une légère opposition et ont réussi à avancer à l’intérieur des terres. Par contre, la résistance s’est intensifiée alors que le South Saskatchewan Regiment (SSR) a tenté de franchir la rivière Scie.

Le leadership du lieutenant-colonel Charles Cecil Ingersoll Merritt a joué un rôle important lors de la traversée du pont (aujourd’hui, le pont a été renommé en son honneur). Il s’est avancé vers les tirs pour diriger ses hommes en donnant l’exemple. Tandis que le reste du régiment avait réussi à traverser, il a fait des allers-retours d’un côté de la rivière et de l’autre afin d’accompagner son régiment jusqu’au bout.

Malheureusement, le SSR a été arrêté bien avant d’arriver à Dieppe et a dû battre en retraite. Une fois de plus, le Lcol Merritt a dirigé ses hommes de l’autre côté du pont. Bien que le régiment ait subi de lourdes pertes, de nombreuses personnes ont réussi à s’en sortir. Les membres du Queen’s Own Cameron Highlanders of Canada, qui avaient choisi d’aller vers un aérodrome intérieur, se trouvaient dans une situation semblable; les deux unités se bousculaient pour atteindre la plage de Pourville, où la péniche débarquement était aux prises avec de lourds tirs pendant qu’ils tentaient de gagner la rive.

Encore une fois, le Lcol Merritt a fait preuve de courage. Malgré deux blessures, il a dirigé une arrière-garde courageuse, ce qui a permis à la majorité des deux unités de procéder au réembarquement. Toutefois, l’arrière-garde n’a pas pu être évacuée puisque la péniche de débarquement a battu en retraite. Les membres ont continué de se battre jusqu’à ce qu’ils soient éventuellement forcés de se rendre.

Le Lcol Merritt a survécu à la période de temps qu’il a passé en tant que prisonnier de guerre et est éventuellement retourné au Canada, où il est devenu député de Vancouver–Burrard de 1945 à 1949. À la fin de son mandat, il est retourné au droit. Il est décédé à Vancouver en 2000, à l’âge de 91 ans.

Responsable des militaires

Le Royal Hamilton Light Infantry a été l’une des quelques unités faisant partie de la principale attaque sur Dieppe qui a été capable d’atteindre la ville par elle-même. Les membres ont atterri sur le côté ouest de la promenade et ont pu prendre possession d’un casino isolé, ainsi que des barrages de béton semblables à des « casemates » avoisinants. À partir de cette position de sécurité, ils se sont avancés vers Dieppe et ont pris part à des batailles de rue violentes.

Le révérend John Weir Foote était l’aumônier militaire affecté aux Rileys. Pendant huit heures, il s’est exposé continuellement aux lourds tirs afin de prodiguer les premiers soins, d’injecter de la morphine et de ramener les blessés en lieu sûr. Au départ, ils étaient ramenés au poste de secours régimentaire sur la plage et, par la suite, à la péniche de débarquement lorsqu’ils arrivaient à la rive pour commencer l’évacuation.

À plusieurs reprises au cours de l’évacuation, il a eu la chance d’être évacué lui-même, mais il a refusé afin de retourner sur la plage pour sauver plus de militaires. Ensuite, dans un dernier effort de bravoure incroyable, il est descendu de la péniche de débarquement, qui l’aurait ramené en lieu sûr, et s’est rendu aux Allemands; il refusait de laisser ses camarades prisonniers de guerre aux mains de l’ennemi.

Le révérend Foote est le seul membre du Service de l’Aumônerie royale canadienne à recevoir la Croix de Victoria. Après la Deuxième Guerre mondiale, il est revenu au Canada, puis a entamé une carrière en politique provinciale. Il était député provincial de Durham, en Ontario, de 1948 jusqu’à sa retraite en 1959. Il est décédé en 1988 à Cobourg, en Ontario.

Date de modification :