Profil Invictus : le cpl (ret) Chris Klodt

En 2006, le caporal Chris Klodt (à la retraite) était depuis six mois en déploiement avec le Princess Patricia’s Canadian Light Infantry en Afghanistan lorsqu’il a été atteint au cou par une balle qui lui a brisé deux vertèbres. Il fera partie de l’équipe canadienne aux Jeux Invictus 2017 et mettra à l’épreuve ses compétences en rugby en fauteuil roulant à Toronto, en Ontario, du 23 au 30 septembre.
En 2006, le caporal Chris Klodt (à la retraite) était depuis six mois en déploiement avec le Princess Patricia’s Canadian Light Infantry en Afghanistan lorsqu’il a été atteint au cou par une balle qui lui a brisé deux vertèbres. Il fera partie de l’équipe canadienne aux Jeux Invictus 2017 et mettra à l’épreuve ses compétences en rugby en fauteuil roulant à Toronto, en Ontario, du 23 au 30 septembre.

Étiquettes : | |

Saviez-vous que la naissance imminente d’un enfant et la pratique d’un sport peu connu baptisé « ballon prisonnier » peuvent faire des miracles lorsque l’on suit un programme de réadaptation à la suite d’une fracture de la colonne vertébrale?

Et bien, c’est ce qui s’est passé pour le caporal Chris Klodt (à la retraite) qui, en 2006, était depuis six mois en déploiement avec le Princess Patricia’s Canadian Light Infantry en Afghanistan lorsqu’il a été atteint au cou par une balle qui lui a brisé deux vertèbres.

« Nous étions en train de patrouiller dans le district de Panjwai lorsque nous avons été pris dans une embuscade au cours de laquelle j’ai été atteint d’une balle. Bien que je ne m’en souvienne plus, ce moment a bouleversé ma vie. À cause de mes blessures, je suis devenu quadriplégique de niveau C6. J’ai perdu l’usage de mes mains et de mes jambes, j’ai un usage limité de mes bras et je n’éprouve aucune sensation en bas de la poitrine », explique ce résident de Hamilton, en Ontario.

La réadaptation a été longue et pénible, et Chris a souvent éprouvé de la frustration. Pourtant, il considère qu’il a eu de la chance : il a eu droit à une source de motivation toute particulière pendant sa réadaptation.

« Pendant ces premiers moments difficiles, ma femme Deena était enceinte et devait accoucher deux mois plus tard. Je m’apprêtais à devenir père pour la première fois. En plus, un thérapeute m’a apporté une copie de Murderball, un documentaire sur le rugby en fauteuil roulant pour quadriplégique. En voyant la passion et la force de ces athlètes, j’ai su que je devrais un jour essayer ce sport. »

Le fils de Chris et Deena, appelé Jonathan, est arrivé à terme. La possibilité de jouer au « ballon prisonnier », officiellement appelé le rugby en fauteuil roulant, s’est quant à elle fait attendre. Il a fallu un « petit coup de pouce » de Sans limites, un programme des Forces armées canadiennes qui aide les militaires en service et les vétérans à vaincre une blessure ou une maladie physique ou mentale grâce à l’activité physique et au sport.

« J’ai passé au moins un an et demi à chercher en vain une équipe de rugby en fauteuil roulant », explique Chris, qui a pratiqué « presque tous les sports » en grandissant à Sudbury, en Ontario.

Après avoir appris à s’habiller seul et à manœuvrer son fauteuil, Chris s’est naturellement tourné vers le sport comme prochain défi. En 2009, il a participé à une activité organisée par Sans limites pour essayer la course en fauteuil roulant, sans perdre de vue le rugby. L’entraîneur en athlétisme avait un fils qui pratiquait le rugby en fauteuil roulant et l’a mis en contact avec une équipe que Chris pouvait intégrer.

« Une semaine après être entré en contact avec Sans limites, j’avais trouvé une équipe », affirme cet athlète, qui joue maintenant au rugby en fauteuil roulant au niveau provincial en Ontario depuis cinq ans. Chris a d’ailleurs été nommé athlète le plus inspirant lors d’une compétition d’athlétisme organisée par le Conseil international du sport militaire en Allemagne, en 2013.

Il continue d’entretenir des liens solides avec Sans limites. Il fera partie de l’équipe canadienne aux Jeux Invictus 2017 et mettra à l’épreuve ses compétences en rugby en fauteuil roulant à Toronto, en Ontario, du 23 au 30 septembre. Il participera également aux épreuves d’athlétisme. Sans limites gère et soutien l’équipe canadienne des Jeux Invictus 2017 ainsi que ses 90 athlètes et leurs entraîneurs dans leur préparation à cette compétition internationale.

Depuis 2006, Chris est un père bien occupé; un deuxième fils, prénommé Cameron, est venu agrandir la famille. Il affirme qu’il n’y serait jamais arrivé sans le sport. « J’étais incapable de m’occuper de moi-même avant de commencer à jouer au rugby. Le sport m’a aidé à retrouver mon indépendance. »

Pour obtenir plus de renseignements, consultez le site Web de l’Équipe Canada aux Jeux Invictus – Toronto 2017.

Date de modification :