Des précisions sur le comportement attendu de la part des militaires des FAC

Étiquettes : |

Les forces militaires occupent une place particulière dans l’identité d’un pays. Elles combattent et mettent la vie de leurs soldats en danger pour les principes que défend ce pays, sur son territoire et à l’étranger.

Chacun des soldats de ces forces militaires doivent tout mettre en œuvre pour faire prévaloir ces principes et croyances de par leurs actions et, au Canada, cela inclut le respect de la diversité et de la primauté du droit.

Le général Jonathan Vance, chef d’état-major de la Défense des Forces armées canadiennes (FAC), a clairement indiqué ce qui est attendu de la part des militaires relativement au comportement adopté dans la sphère publique dans un nouveau message général des Forces canadiennes (CANFORGEN). On y décrit plusieurs comportements jugés inacceptables de la part des militaires des FAC, qui pourraient s’exposer à des poursuites liées à leur appartenance à un groupe, à leur militantisme politique et à leur activité en ligne, notamment.

Parmi les principes de base qui sous-tendent ces directives, il y a l’adhésion des FAC aux principes de l’équité, de la dignité et de la valeur de tous les êtres humains. Les comportements discriminatoires ne sont pas tolérés au sein des FAC, et celles-ci sont fermement résolues à éliminer toutes formes de discrimination dans le cadre de leurs opérations.

La discrimination fondée sur la race, le genre, l’identité sexuelle, l’orientation sexuelle ou toute autre condition va à l’encontre de l’éthos des forces militaires du Canada, qui luttent au nom de la liberté et de la dignité de tous les Canadiens et des autres populations dans le monde.

Il faut aussi souligner que, tel qu’énoncé dans la nouvelle politique de défense Protection, Sécurité, Engagement, le ministère de la Défense nationale (MDN) intensifie ses efforts en vue d’attirer et de maintenir en poste les militaires des FAC et les employés civils pour être en mesure de surmonter les obstacles qui se dresseront devant le Canada et ses alliés au cours des prochaines années. Dans cette optique, il est primordial que les Canadiens de tous les horizons se sentent à l’aise de travailler au sein de cette organisation.

Dans sa nouvelle directive, le chef d’état-major de la Défense établit clairement qu’il est inacceptable que des militaires soient directement impliqués dans des activités qui contribuent à promouvoir la discrimination et la haine, y compris l’appartenance à certains groupes, l’expression d’opinions dans la sphère publique et le militantisme politique.

Les militaires des FAC sont perçus par le public comme des représentants de l’institution, qu’ils soient en devoir ou non. C’est à eux que revient la responsabilité d’éviter tout comportement qui pourrait jeter de l’ombrage sur les forces militaires du Canada. Cela inclut toute implication auprès d’organisations dont les membres se livrent à des activités criminelles. De telles affiliations minent la confiance qu’on les Canadiens envers leurs forces militaires.

Devant des éléments de preuve crédibles selon lesquelles un militaire ne se serait pas montré à la hauteur de ces standards, une enquête pourrait être entreprise et, si le comportement inapproprié est effectivement corroboré, une série de mesures disciplinaires pourrait s’en suivre, incluant la libération des FAC.

Cela dit, la chaîne de commandement des FAC sait très bien qu’une petite minorité de militaires ont été impliqués dans le type d’activité qui rend nécessaire la publication du présent CANFORGEN. Cependant, les transgressions d’une minorité tendent à attirer davantage l’attention que l’excellent travail accompli tous les jours par la vaste majorité des militaires. Les méfaits de quelques-uns pourraient ternir l’image des FAC dans leur ensemble.

Pour le bien de l’efficacité opérationnelle de l’organisation, des services essentiels fournis au Canada et à ses alliés internationaux, il est nécessaire d’imposer des normes strictes à nos militaires et d’y donner suite.

Date de modification :