Le programme de génération de personnel militaire fait grossir les rangs des forces armées

Étiquettes : | |

Le Répertoire des Forces armées canadiennes – Accréditations, Certifications et Équivalences (RFAC-ACE) facilite l’attraction et le recrutement de nouveaux membres des Forces armées canadiennes (FAC). Le programme a pour but d’harmoniser l’instruction fournie par les établissements d’enseignement postsecondaire canadiens avec les exigences des FAC.

La politique de défense du Canada Protection, Sécurité, Engagement vise à augmenter de 3 500 et de 1 500, respectivement, le nombre de membres de la Force régulière et de la Réserve, ce qui constitue un défi pour les personnes chargées d’attirer, de recruter et d’instruire les nouveaux membres. Voilà où le RFAC-ACE, intervenant important, entre en jeu.

« En veillant à ce que les programmes d’études présentés par les établissements d’enseignement correspondent aux exigences en matière d’instruction militaire, le RFAC-ACE rehausse le niveau de confiance au moment où l’on offre des incitatifs et des indemnités aux militaires et aux recrues », affirme la brigadier-général Virginia Tattersall, commandant adjoint, Génération du personnel militaire.

On encourage les responsables des groupes professionnels et de l’instruction au sein des FAC à utiliser le RFAC-ACE pour tirer parti des capacités des établissements d’enseignement postsecondaires en matière de formation et d’études aux fins d’attraction, de recrutement et d’instruction des militaires.

« Nous cherchons des collèges canadiens pouvant offrir des programmes et des cours qui répondent aux exigences des FAC en matière d’instruction. Nous pouvons ainsi plus facilement accorder des incitatifs et des indemnités et accéder au programme d’instruction et d’études subventionnées à l’intention des militaires du rang », explique le lieutenant de vaisseau Donald Gray, gestionnaire du RFAC-ACE.

« Les avantages que l’on tire du RFAC-ACE sont considérables », ajoute Sylvain Beauséjour, officier d’état-major – Production du personnel.

« En plus d’être économique, le programme facilite le recrutement de diplômés de programmes reconnus. De plus, il nous fournit des données sur la compatibilité des exigences en matière d’instruction militaire et les programmes d’études, et il nous aide à reconnaître les cours non militaires qui ont été suivis par le passé. Grâce au programme, les FAC peuvent recruter des candidats semi-spécialisés et nos écoles militaires peuvent se concentrer leurs efforts sur l’instruction militaire », ajoute M. Beauséjour.

« Le nouveau groupe professionnel des cyberopérateurs constitue un excellent exemple où l’on a tiré parti de la formation fournie par des établissements d’enseignement postsecondaires. Parmi les sept objectifs de rendement établis pour ce groupe professionnel, cinq seront enseignés en dehors des établissements d’instruction des FAC. Nos ressources ne viseront pas les installations physiques, mais plutôt l’apprentissage », explique-t-il.

Au cœur du programme se trouve le répertoire qui renferme les programmes qu’offrent les établissements d’enseignement postsecondaire et les besoins en formation professionnelle des FAC. Les FAC exploitent ce répertoire pour cerner des formations civiles et militaires équivalentes pour un groupe professionnel donné.

« Certes, certains besoins des FAC en matière d’apprentissage ne pourront être comblés qu’au sein des FAC; cependant, au fur et à mesure que les établissements d’enseignement postsecondaire se familiarisent avec les objectifs d’apprentissage des FAC, ils pourront améliorer leurs programmes pour satisfaire à nos besoins », précise le lieutenant‑colonel Joseph Harding, officier supérieur d’état-major – Production du personnel.

Date de modification :