Une musicienne des forces armées échange son trombone pour une motoneige au cours d’une opération nationale

During her deployment on Operation NUNALIVUT 2018, Corporal Rohringer enjoyed waking up to spectacular sunrises. This photo was taken on Day One.
Pendant son déploiement dans le cadre de l'opération NUNALIVUT 2018, la caporal Rohringer a aimé se réveiller avec des levers de soleil spectaculaires. Cette photo a été prise le premier jour. Photo : Soumis par la caporal Sam Rohringer

Étiquettes : | | | |

Par Caporal Natasha Tersigni, Affaires publiques du 38e Groupe-brigade du Canada — Western Sentinel

Peu importe son métier, chaque membre des Forces armées canadiennes (FAC) est avant tout un soldat. En échangeant son trombone pour une motoneige, la caporal Samantha Rohringer, musicienne au sein de la Musique régimentaire du Royal Winnipeg Rifles (RWR), a elle-même compris cela lorsqu’elle a pris part à un déploiement dans l’Arctique durant l’opération NUNALIVUT 2018, en mars dernier.

Galerie d'images

  • During her deployment on Operation NUNALIVUT 2018, Corporal Rohringer enjoyed waking up to spectacular sunrises. This photo was taken on Day One.

  • Pendant son déploiement dans le cadre de l'opération NUNALIVUT 2018, la caporal Rohringer a aimé se réveiller avec des levers de soleil spectaculaires. Cette photo a été prise le premier jour. Photo : Soumis par la caporal Sam RohringerPendant son déploiement dans le cadre de l'opération NUNALIVUT 2018, la caporal Rohringer a aimé se réveiller avec des levers de soleil spectaculaires. Cette photo a été prise le premier jour. Photo : Soumis par la caporal Sam Rohringer
  • Soldiers setting up camp in the Arctic during Op NUNALIVUT 2018

  • En mars dernier, la caporal Sam Rohringer, musicienne de la Musique régimentaire du Royal Winnipeg Rifles, a participé à un déploiement avec le peloton 3 dans le cadre de l’opération NUNALIVUT 2018. Photo : Maître de 2e classe Belinda Groves, technicienne en imagerie de la Force opérationnelleEn mars dernier, la caporal Sam Rohringer, musicienne de la Musique régimentaire du Royal Winnipeg Rifles, a participé à un déploiement avec le peloton 3 dans le cadre de l’opération NUNALIVUT 2018. Photo : Maître de 2e classe Belinda Groves, technicienne en imagerie de la Force opérationnelle
  • Members of 38 Canadian Brigade Group’s (38 CBG) Arctic Response Company Group (ARCG) celebrate a successful operation

  • Les membres du Groupe-compagnie d’intervention dans l’Arctique (GCIA) du 38e Groupe brigade du Canada (GBC) célèbrent l’opération couronnée de succès. De gauche à droite : la caporal Jessica Kuzyk (38e Régiment des transmissions), la soldat Cassandra Bieniarz (17e Ambulance de campagne), la caporal Sam Rohringer (Musique du Royal Winnipeg Rifles) et la caporal Janique Fillion (7e Ambulance de campagne). Photo : Fournie par la caporal Sam RohringerLes membres du Groupe-compagnie d’intervention dans l’Arctique (GCIA) du 38e Groupe brigade du Canada (GBC) célèbrent l’opération couronnée de succès. De gauche à droite : la caporal Jessica Kuzyk (38e Régiment des transmissions), la soldat Cassandra Bieniarz (17e Ambulance de campagne), la caporal Sam Rohringer (Musique du Royal Winnipeg Rifles) et la caporal Janique Fillion (7e Ambulance de campagne). Photo : Fournie par la caporal Sam Rohringer
  • Corporal Sam Rohinrger on her trombone qualification course in CFB Borden

  • À l’été 2013, la Caporal Sam Rohringer a suivi le cours de qualification pour trombone à la BFC Borden. Photo : Fournie par la caporal Sam RohringerÀ l’été 2013, la Caporal Sam Rohringer a suivi le cours de qualification pour trombone à la BFC Borden. Photo : Fournie par la caporal Sam Rohringer
  • Corporal Sam Rohringer, second from right, during the Drum Major/Bugle Major course at CFB Borden

  • À l’été 2016, la caporal Sam Rohringer (deuxième à partir de la droite) a suivi le cours de tambour-major et de clairon-major à la BFC Borden. Photo : Fournie par la caporal Sam Rohringer
À l’été 2016, la caporal Sam Rohringer (deuxième à partir de la droite) a suivi le cours de tambour-major et de clairon-major à la BFC Borden. Photo : Fournie par la caporal Sam Rohringer
  • Corporal Sam Rohringer playing the trombone with the Royal Winnipeg Rifles Regimental Band

  • En mars 2012, la caporal Sam Rohringer s’est enrôlée dans les Forces armées canadiennes en tant que musicienne au sein de la Musique régimentaire du Royal Winnipeg Rifles basée à Winnipeg, au Manitoba. Photo : Fournie par la caporal Sam RohringerEn mars 2012, la caporal Sam Rohringer s’est enrôlée dans les Forces armées canadiennes en tant que musicienne au sein de la Musique régimentaire du Royal Winnipeg Rifles basée à Winnipeg, au Manitoba. Photo : Fournie par la caporal Sam Rohringer
  • Corporal Sam Rohringer performs in a parade with the Honourable Artillery Company Band at Finsbury Barracks in London, England

  • Au printemps 2017, la Cpl Sam Rohringer (vêtue de l’uniforme noir) a participé à un défilé avec la Musique de la Honourable Artillery Company au casernement Finsbury à Londres, en Angleterre. Photo : Fournie par la caporal Sam RohringerAu printemps 2017, la Cpl Sam Rohringer (vêtue de l’uniforme noir) a participé à un défilé avec la Musique de la Honourable Artillery Company au casernement Finsbury à Londres, en Angleterre. Photo : Fournie par la caporal Sam Rohringer

En mars 2012, lorsque la Cpl Rohringer s’est jointe aux musiciens de la Réserve de Winnipeg, elle a trouvé l’aventure et l’emploi qu’elle recherchait en tant qu’étudiante en musique. Après avoir achevé son instruction de base et obtenu sa qualification de musicienne, elle a accepté diverses possibilités offertes par son unité. Elle a notamment joué avec la Musique de la Garde de cérémonie à Ottawa, participé à la représentation Fortissimo sur la Colline du Parlement en 2015, voyagé à Londres, en Angleterre, pour se produire aux côtés de la Musique de la Honourable Artillery Company et mis sur pied la Musique du Corps des cadets 2295 Royal Winnipeg Rifles.

Ayant acquis de bonnes connaissances dans son métier, la Cpl Rohringer a commencé à explorer d’autres aspects de la Réserve.

« En tant que soldat, l’universalité du service signifie que je dois être prête à servir, quel que soit l’ordre qui m’est donné. Je me suis enrôlée en tant que musicienne, mais je me considère d’abord comme un soldat. Comme réservistes, il est courant que nous n’ayons d’autres responsabilités que nos tâches principales; il s’agit donc d’un emploi à temps partiel très intéressant pour de nombreux membres. Depuis le premier jour, je suis toutefois prête et j’ai réfléchi aux autres expériences offertes par ce travail », explique la Cpl Rohringer.

L’automne dernier, lorsqu’elle a suivi le cours de base de guerre hivernale, elle a été sollicitée pour participer à l’instruction en vue de l’opération NUNALIVUT.

En mars dernier, après avoir participé à de nombreux cours et activités, la Cpl Rohringer a pris part à un déploiement aux côtés de 350 autres membres des FAC à Resolute Bay et à Intrepide Bay dans le cadre de l’opération NUNALIVUT 2018. En tant que membre du Groupe-compagnie d’intervention dans l’Arctique (GCIA) du 38e Groupe-brigade du Canada, elle a collaboré avec d’autres soldats du GCIA et des membres du 2e Bataillon, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry (2 PPCLI).

Au cours du déploiement de deux semaines dans l’Arctique, la Cpl Rohringer et les membres du peloton 3 ont participé à des patrouilles, effectué une séance de familiarisation avec les fusils Lee-Enfield et Remington 870, mis sur pied une piste d’atterrissage rudimentaire, reçu une leçon de survie en hiver des Rangers canadiens et pris part à une excursion de pêche sur glace.

« L’opération NUNALIVUT était surréaliste. Je n’aurais jamais pu imaginer l’environnement au nord du 60e parallèle si je n’en avais pas fait l’expérience », déclare la Cpl Rohringer, en ajoutant qu’il s’agissait de la première opération à laquelle elle participait.

Elle explique également qu’avec la bonne instruction, elle est parvenue à s’intégrer au peloton et à travailler avec les autres soldats afin de mener à bien l’opération.

« Plusieurs de mes collègues provenant d’autres unités du 38 GBC qui constituent le GCIA ne savaient pas que j’étais musicienne, et presque tous les membres du 2 PPCLI croyaient que j’étais dans l’infanterie jusqu’à ce qu’ils découvrent mon métier. Tout soldat peut être compétent, ou non, dans son métier : son expérience et ses connaissances sont plus importantes que l’unité ou le métier qui lui est assigné », affirme la Cpl Rohringer.

Date de modification :