Dre Sonia Thiboutot : première femme scientifique de niveau expert en défense au Canada

Une femme se tient debout à un poste de laboratoire avec l’équipement de laboratoire à côté d’elle et à l’arrière-plan.
Au printemps 2018, la Dre Sonia Thiboutot, de RDDC Valcartier, a été promue au niveau expert scientifique de la Défense (DS-07), devenant ainsi la première femme scientifique de la défense au Canada à atteindre le niveau le plus élevé de la profession. Photo : Jocelyn Tessier, RDDC Valcartier.

Étiquettes : | |

Par Jennifer Hincks agente des communications, SMA(AP), Science et technologie

Près de trois décennies se sont écoulées depuis que la curiosité de la Dre Sonia Thiboutot a été piquée par une offre d’emploi dans la section des matériaux énergétiques de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) à Valcartier. C’est ainsi qu’elle a commencé sa carrière en tant qu’experte de renommée internationale sur les risques associés aux munitions, ce qui l’a menée partout dans le monde. Sa récente promotion à titre de scientifique experte de la Défense a fait de la Dre Thiboutot la première femme scientifique de la défense au Canada à atteindre le niveau le plus élevé de la profession.

Sa passion pour la chimie a été ravivée par son professeur de chimie au secondaire, qui a su la convaincre de la beauté de la matière dans l’infiniment petit. Après avoir obtenu son baccalauréat en chimie, elle a obtenu sa maîtrise et son doctorat dans le but de poursuivre la recherche appliquée dans l’industrie pharmaceutique. Elle n’aurait jamais imaginé qu’elle allait tirer profit de ses études pour travailler au ministère de la Défense nationale. Même si son doctorat portait sur la catalyse enzymatique, elle était enthousiaste à l’idée de relever le défi d’en apprendre davantage sur les propulseurs et les explosifs. Depuis, son travail a évolué pour inclure l’évaluation de la santé environnementale des champs de tir, l’identification des signatures post-détonation et la gestion des risques associés.

L’accomplissement professionnel dont elle est la plus fière ? Faire partie de l’équipe qui a fait du Canada un chef de file mondial dans la mise en œuvre systématique de l’entrainement militaire en champs de tir durable. Elle a dirigé cet effort en établissant un réseau solide entre certaines universités, le Conseil national de recherches ainsi que d’autres organisations nationales et internationales, y compris l’OTAN. Ses recherches appuient également la prise de décisions stratégiques d’un certain nombre de directions des Forces armées canadiennes (FAC), comme le Directeur – Environnement de la Force terrestre (DEFT), le Directeur – Besoins en ressources terrestres (DBRT), le Directeur – État-major du programme d’équipement terrestre (DEMPET), le Directeur – Règlementation des explosifs et munitions (DREM) et le Directeur – Gestion et technique des munitions et explosifs (D Gest TME).

Fait intéressant, l’une des principales conclusions de son travail est que les champs d’entraînement militaire sont très bénéfiques pour l’environnement du Canada. En affectant de grandes étendues de terre à l’entraînement militaire, on protège ces zones de l’exploitation agricole ou commerciale et celles-ci deviennent le refuge de nombreuses espèces de plantes et d’animaux. De plus, les divers écosystèmes situés dans les aires d’entraînement, comme les terres humides et les arbres, contribuent à la santé écosystémique du Canada en filtrant l’eau et en réduisant les gaz à effet de serre.

La Dre Thiboutot continue d’être motivée par la conviction que les efforts qu’elle et son équipe déploient pour assurer la durabilité des secteurs d’entraînement bénéficient à la santé des communautés et des écosystèmes environnants, ainsi qu’au personnel militaire, et continueront de profiter aux FAC et à la population canadienne dans l’avenir.

Un conseil qu’elle donne aux aspirants scientifiques de la défense, surtout aux jeunes femmes, c’est d’aller de l’avant. Il y a beaucoup de raisons d’être fier des Forces armées canadiennes, et la tâche d’aider les clients militaires à atteindre leurs objectifs en est une digne d’intérêt. Les carrières en sciences de la défense offrent également aux scientifiques de la défense des possibilités illimitées d’exceller tout en servant les Canadiennes et les Canadiens.

« En revenant sur mon cheminement, j’ai été privilégiée à bien des égards. Mes parents ont pris soin de moi et m’ont soutenue tout au long du chemin, ainsi que mon mari aimant de plus de 35 ans et mes sœurs, qui m’ont aidé avec mon fils au sommet de ma carrière alors que mon mari vivait dans une autre ville. Je ne pourrais pas non plus être plus fière de mon fils. Je suis reconnaissant d’avoir pu poursuivre des études supérieures, ce qui m’a menée à une carrière enrichissante au sein de l’équipe hautement dévouée de RDDC, avec d’innombrables occasions de rencontrer et de travailler avec des collaborateurs inestimables du Canada et d’ailleurs », dit la Dre Sonia Thiboutot.

Date de modification :