La 4e Escadre gère le danger que présentent les explosifs

A member of the 4 Wing Explosive Ordnance Disposal team
Un membre de l’équipe de neutralisation des explosifs et munitions de la 4e Escadre porte de l’équipement de protection pendant sa participation à un exercice d’entraînement. Photo : Mat 3 Erica Seymour

Étiquettes : |

Jeff Gaye, The Courier

La 4e Escadre Cold Lake, en Alberta, a sa propre escadrille de neutralisation des explosifs (ENE). Ce groupe de techniciens hautement spécialisés se tient au fait des tendances en matière de technologie liée aux explosifs, intervient en cas de menaces présumées et rend les armes explosives sécuritaires.

Dans cette époque de guerre moderne, les explosifs de fabrication artisanale (engins explosifs improvisés ou EEI) ont gagné en importance; les insurgés ont remplacé les combattants en uniforme, et les voies d’accès et les places publiques sont devenues les nouveaux champs de bataille.

Les techniciens de l’ENE relèvent du groupe professionnel des techniciens d’armement aérien. Ces techniciens drôlement polyvalents sont à la fois des transporteurs de marchandises dangereuses, des contrôleurs sur place, des spécialistes des interrogatoires, des opérateurs ou identificateurs d’appareil radioscopique et des chimistes. Ils ont des aptitudes en mécanique et peuvent concevoir des explosifs pour produire un effet », explique la capitaine Angela Dey, commandant de la 4 ENE.

Le commandant adjoint de la Capt Dey (que l’on ne peut pas nommer pour des raisons de sécurité) affirme qu’un type de personnalité précis est particulièrement bien adapté au travail de l’ENE. « De toute évidence, nous faisons face à des dangers exceptionnels. Lorsque les autres quittent les lieux, nous nous y rendons », ajoute le commandant adjoint.

Le personnel doit s’instruire de façon continue, tout en se tenant au fait des changements et des tendances en matière d’explosifs. Outre relever de leur chaîne de commandement militaire habituelle, les opérateurs rendent aussi des comptes aux échelons supérieurs de la Force opérationnelle interarmées, par l’intermédiaire du commandant de l’escadre.

« Ils sont associés à des spécialistes hors pair responsables de la collecte de renseignements, ainsi qu’à la communauté nationale et internationale, précise la Capt Dey. En cette ère numérique, il est plus facile que jamais de transmettre des renseignements et des expériences. Tout un chacun tire parti de cette approche collective. »

L’instruction sur la neutralisation des explosifs et munitions (NEM) traite tout d’abord de la façon de composer avec les pièces d’artillerie utilisées par le passé et à l’heure actuelle par l’Aviation royale canadienne (ARC) et les forces aériennes alliées.

Évidemment, le traitement des explosifs présente un risque. L’imagerie vidéo d’explosions contrôlées nous a permis de comprendre les effets que produisent les ondes de choc.

Si vous repérez un colis suspect ou un objet qui ressemble à des explosifs et munitions, la Capt Dey vous conseille de ne pas le toucher. Songez à le prendre en photo et mettez-vous à l’abri de la situation dangereuse. À ce point-là, communiquez avec la police, c’est-à-dire la police militaire si vous êtes dans des installations de la Défense nationale ou la police locale si vous êtes ailleurs. Ces organismes téléphoneront à l’ENE ou à l’unité civile équivalente appropriée.

Le commandant adjoint ajoute qu’il ne faut pas oublier que l’ENE n’est pas un organisme d’enquête.

« Si quelqu’un trouve dans sa veste une grenade utilisée aux fins d’un exercice, la NEM n’est pas là pour jeter le blâme. Tout ce qui importe, c’est de mettre en sûreté la pièce d’artillerie et de veiller à ce que personne ne soit exposé à un risque », explique-t-il.

La Capt Dey précise que l’ENE est toujours à la recherche de candidats. « Si vous êtes technicien d’armement aérien et que vous vous intéressez à la NEM, communiquez avec la 4 ENE, au 780‑840‑8000, poste 8393, ou votre chaîne de commandement, dès que possible. Nous avons le meilleur personnel et les ressources dont vous avez besoin pour atteindre votre objectif, soit vous spécialiser en NEM. »

Date de modification :