Récit des FAC | Fierté dans la communauté des FAC

Étiquettes : | |

Transcription

Adjudant-maître John McDougall : En juin 2013, pendant la Semaine de la fierté, alors que j’étais sergent-major de la compagnie médicale de la 1re Ambulance de campagne à Edmonton, j’ai remarqué que nous n’avions jamais hissé le drapeau de la fierté sur la base.

Adjudant Christine Potvin : Les noms qu’on utilise, les termes comme homosexuel, hétérosexuel, transgenre, au bout de la ligne, à la fin de la journée, on est tous pareils, on veut une famille, on veut se faire aimer, on veut manger, on veut un toit sur notre tête, on veut un emploi et on veut être respectés.

Adjudant-maître John McDougall : Mon conjoint et moi avons été parmi les premiers à obtenir des avantages sociaux pour les conjoints de même sexe dans les forces armées. En fait, le CANFORGEN autorisant ces avantages sociaux a été publié lors de mon déploiement en Bosnie. Pour mon conjoint, qui m’a suivi pendant 20 ans, qui a connu 13 affectations et qui a refusé des emplois pour me suivre, et pour moi, qui ai eu la chance de hisser ce drapeau, ce n’est pas juste la fierté dans les forces armées. C’est la fierté de la communauté LGBTQ+ près de chaque base.

Adjudant Christine Potvin : Porter mon drapeau sur mon épaule. Quand on est en mission, vraiment représenter qui on est en mission bien sûr, mais aussi avec la population canadienne.

Adjudant-maître John McDougall : J’ai présenté une demande par l’intermédiaire de ma chaîne de commandement, en pensant que la réponse serait « Nous devons passer par Ottawa. Donnez-nous quelques mois et nous pourrons le faire l’année prochaine. » Toutefois, grâce au soutien remarquable de ma chaîne de commandement, j’ai reçu l’autorisation en trois jours. Nous avons fixé une date et le commandant de la base était présent pour hisser le drapeau avec nous. C’était un moment très fort.

Date de modification :