Regardez ce qui a été trouvé dans le courrier!

Grenade simulator
La première image (à gauche) montre ce que l'opérateur de radiographie a vu, ce qui a provoqué l’alarme. La deuxième image (à droite) montre ce que contenait réellement le colis - un simulateur de grenade qui avait été envoyé, avec de bonnes intentions, d’une base à un gestionnaire du matériel. Photo : MDN

Étiquettes : |

En juillet 2018, lors de l’examen radiologique de routine des colis entrants, un centre de tri du courrier desservant la région de la capitale nationale (RCN) a découvert un objet suspect, nécessitant l’arrêt immédiat des activités.

Le centre postal a été évacué et les intervenants d’urgence ont été contactés: trois services de police distincts ont répondu à l’appel. Comme l’ouverture du paquet n’était pas une option, il n’y avait aucun moyen de déterminer avec exactitude si l’élément représentait une menace actuelle. Le protocole approprié a donc été suivi et le paquet traité comme une menace à la bombe.

La première image montre ce que l’opérateur de radiographie a vu, ce qui a provoqué l’alarme.

La deuxième image montre ce que contenait réellement le colis – un simulateur de grenade qui avait été envoyé, avec de bonnes intentions, d’une base à un gestionnaire du matériel. Bien que le dispositif ne contenait aucune composante dangereuse, il était impossible d’établir, à première vue, s’il constituait une menace.

Alors, quel était le problème ?

Non seulement cela a créé un incident de sécurité provoqué par la perception d’une menace pour la sécurité du personnel, mais ces produits ne peuvent être expédiés par la poste, que ce soit par Postes Canada, le Système postal des Forces armées canadiennes ou le système de courrier interne.

Extrait de Postes Canada; Objets inadmissibles, article 3, Articles interdits et contrôlés:

3.1 Répliques de munitions ou minutions inertes

Les répliques de munitions ou les munitions inertes sont inadmissibles, et autres dispositifs qui simulent des dispositifs explosifs ou des munitions, y compris les répliques de grenades ou les grenades à tête inerte ou d’autres munitions militaires simulés, qu’ils soient ou non destinés à des fins d’exposition. Il n’est permis en aucun cas d’expédier ces marchandises interdites trouvées dans le courrier.

Bien que personne n’ait été physiquement blessé au cours de cet incident, cela a créé un stress psychologique inutile pour le personnel sur place et a déclenché une intervention d’urgence qui aurait pu être complètement évitée si le protocole approprié avait été suivi concernant la transmission de cet article.

Si vous devez envoyer une réplique de munition ou une munition inerte, veuillez consulter votre bureau de poste local ou votre organisation de transit du matériel (habituellement située près de l’approvisionnement) pour les procédures approuvées.

Date de modification :