En vedette dans le Sinaï : le caporal Joshua Berkelmans et le sergent Wayne Farrell, deux spécialistes du suivi des vols de la FMO

Deux soldats se tiennent debout dans un bureau et regardent par la fenêtre. Un d’entre eux utilise des jumelles en souriant, tandis que l’autre communique par radio.
Septembre 2018. Le caporal Joshua Berkelmans et le sergent Wayne Farrell regardent par la fenêtre pour surveiller les aéronefs de la Force multinationale et Observateurs, durant l’opération CALUMET en Égypte. Photo : capitaine Nicola Lamarre, officier des affaires publiques de l’opération CALUMET

Étiquettes : |


Par le capitaine Nicola LaMarre, officier des affaires publiques de l’opération CALUMET

Qu’il s’agisse des missions d’observation en hélicoptère UH-60 de la Force multinationale et Observateurs (FMO), du mouvement de troupes et d’approvisionnements essentiels à bord d’un avion CASA C-295 de la force aérienne tchèque dans la péninsule du Sinaï ou d’une évacuation sanitaire vers un hôpital de Tel-Aviv, en Israël, un spécialiste du suivi des vols des Forces armées canadiennes (FAC) s’assure en tout temps que les aéronefs décollent, effectuent leur mission et atterrissent à destination en toute sécurité.

Entièrement formée de Canadiens, l’équipe de suivi des vols se trouve à la base des opérations avancées Nord, près d’El Gorah, en Égypte. Ils effectuent une coordination avec les organismes de contrôle de la circulation aérienne de l’Égypte et d’Israël, ainsi qu’avec les contingents de personnel navigant étranger de la FMO. Tous les jours, ils font le suivi des vols, surveillent les conditions météorologiques dans toute la zone de responsabilité et assurent le contrôle au sol lors de l’atterrissage et du décollage des aéronefs.

« Durant mon premier mois ici, j’ai vraiment compris l’importance de notre contribution. Il est arrivé que des véhicules qui traversaient la piste tombent en panne, ou que des soldats égyptiens dans des positions de combat commencent à tirer juste avant qu’un aéronef décolle d’El Gorah ou y atterrisse. Notre capacité à voir les dangers potentiels et à maintenir des communications directes avec toutes les ressources permet d’éviter les incidents et les accidents de vol », affirme le caporal Joshua Berkelmans.

« Le rythme est vraiment différent de celui du Canada. Nous sommes consignés au camp et nous entendons des tirs d’armes légères et d’artillerie que les Égyptiens échangent jour et nuit à l’extérieur pour nous protéger des insurgés. Mais dans le camp, nous sommes en sécurité et c’est comme si nous étions dans une tour de contrôle au Canada. La seule différence, c’est que nous sommes prêts à tout, y compris à utiliser notre équipement de combat pour nous défendre au besoin », explique le sergent Wayne Farrell.

Il peut être difficile de passer une année loin de sa famille et de ses amis. Pour réussir à se changer les idées durant un déploiement, il est essentiel d’instaurer une routine pour garder la forme, ainsi que de nouer de nouvelles amitiés pour préserver sa santé mentale.

Le sergent Farrell, qui en est à son deuxième déploiement d’un an dans le cadre de l’opération CALUMET, affirme qu’« une bonne routine est vraiment importante. Il est essentiel de rester en forme et de bien s’alimenter. Tous les mercredis soir, nous jouons une partie de hockey amicale avec d’autres pays. »

Quant au caporal Berkelman, il s’entraîne tous les jours (habituellement deux fois) pour s’occuper et ne pas trop s’ennuyer de ses enfants, lui qui n’est pourtant pas un grand habitué des gymnases.

« J’essaie de communiquer avec eux par vidéo la fin de semaine, mais les deux petits monstres ont beaucoup de difficulté à rester en place. »

Pour les deux hommes, le soutien de la famille et des amis, combiné à la fierté de faire partie d’une équipe d’opérations aériennes entièrement canadienne à l’appui de la mission de maintien de la paix de la FMO, fait en sorte qu’ils se souviendront toujours de leur séjour ici.

L’opération CALUMET est la contribution du Canada à la FMO. Le pays fournit un contingent depuis le 1er septembre 1985, en plus d’une équipe d’opérations aériennes depuis 1986. Il participe activement au maintien de la paix dans la région depuis plus de 50 ans. Il appuie fermement le processus de paix au Moyen Orient et contribue aux opérations visant à préserver la paix dans la région.

Galerie d'images

  • L’Igloo, une aire de repos extérieure du camp militaire qui présente divers symboles culturels canadiens, tels qu’un drapeau du Canada, des feuilles d’érable, des bûches, des igloos, des castors et des ours polaires.
  • Un soldat se trouve debout dans un bureau et envoie des communications radio, tout en regardant par la fenêtre.
  • Un soldat se trouve debout dans un bureau, prêt à envoyer des communications radio tout en regardant par la fenêtre.
Date de modification :