Mon expérience inoubliable au sein du programme LCM

Les participants au programme Leaders canadiens en mer avec le capitaine du navire, le capitaine de frégate Nancy Setchell, à bord du NCSM Charlottetown le 14 novembre. Photo : CPL KAREN-ANN LEATE, SERVICE D’IMAGERIE DE LA FORMATION

Par Himaly Fernando, étudiant coop AP FMAR(A)

Il n’arrive pas souvent qu’un étudiant civil a la chance de vivre et de dormir à bord de l’un des grands navires de guerre du Canada. Or, c’est exactement ce qui m’est arrivé grâce à ma participation au programme Leaders canadien en mer (LCM) de la Marine royale canadienne (MRC).

Hormis les rares fois où j’ai dû faire du canot, je n’ai aucune expérience de la vie en mer, et je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre à bord d’un navire, encore moins un navire de guerre. Le mercredi 14 novembre, 14 participants au programme LCM (et deux étudiants coop) sont montés à bord du NCSM Charlottetown pour ce qui allait être une occasion unique de faire l’expérience de la vie en mer avec les marins de la MRC. Tous les marins étaient très aimables et fiers de nous montrer leur travail.

Le programme LCM vise à tendre la main à des Canadiens influents de divers horizons et de leur donner la chance de connaître de près la MRC. Le programme est offert plusieurs fois durant l’année sur les trois côtes. L’excursion de deux jours comprend des présentations sur des sujets tels que la navigation, le matelotage, les armes et la mécanique, des visites du navire dans son intégralité, ainsi que la participation pratique à de nombreux exercices. Il s’agit d’une aventure sans temps mort et physiquement exigeante, et j’ai fait de mon mieux pour ne pas chanceler et tomber dans une des écoutilles ouvertes.

Les participants n’avaient pas tous les mêmes connaissances au sujet de la MRC. Le programme a apporté un nouvel éclairage sur la manière dont les marins vivent et sur ce qu’ils font afin que nous puissions mieux comprendre leur mission et la nature du service qu’ils rendent au Canada.

« Je travaille avec la MRC depuis des années. J’ai dirigé la publication d’un journal sur la sécurité maritime, j’ai écrit des livres et participé à des conférences et des ateliers, mais ces activités théoriques/universitaires ont leurs limites », a affirmé Mme Ann Griffiths, du Département des sciences politiques de l’Université Dalhousie, une des participantes au programme LCM. « Nous avons ainsi pu en apprendre davantage sur la vie en mer, et le froid et la mer agitée constituaient un avantage supplémentaire. »

L’aperçu que nous avons reçu de la vie des marins a été des plus palpitants. Le navire lui-même était très impressionnant. On nous a fait visiter divers secteurs du navire et on nous a montré les différents rôles des marins ainsi que le fonctionnement des équipements. Nous avons participé aussi à des exercices intéressants, notamment des vols à bord d’un hélicoptère, des tirs de mitrailleuses et des démonstrations au cours desquelles nous avons dû porter une tenue de pompier. Tout cela nous a permis de constater qu’il y a tant de choses à faire pour qu’un navire de guerre soit entièrement fonctionnel. À la fin, j’avais tant d’estime pour ce que nos marins font. Après tout ce que nous avons accompli ce jour-là, j’étais épuisé.

Le programme LCM est un excellent moyen qui permet aux Canadiens de mieux connaître leur Marine et d’en apprendre davantage sur le travail qu’elle accomplit au pays et à l’étranger pour soutenir le Canada.

« Ce fut un plaisir d’accueillir un si bon groupe de professionnels à bord du NCSM Charlottetown. Des programmes comme LCM rapprochent les Canadiens de leur Marine. En vivant avec nos marins, qui sont nos meilleurs ambassadeurs, les participants peuvent voir à quoi ressemble la vie en mer, tout particulièrement quand les mers sont agitées. Quand ils retournent chez eux, ils pourront en parler à leurs compatriotes », a expliqué le capitaine de frégate Nancy Setchell, capitaine du NCSM Charlottetown.

Pouvoir me mettre dans la peau d’un marin en mer équivaut pour moi à suivre un cours intensif sur la MRC. Mon stage coopératif est maintenant terminé, mais il m’a permis de mieux comprendre le travail des marins, d’en saisir toute la valeur et d’acquérir une certaine expérience pratique dans ce domaine. Cela dit, c’est plus qu’une simple expérience pour moi. À présent, j’ai davantage conscience de notre chance, en tant que Canadiens, de pouvoir compter sur ces femmes et ces hommes courageux pour servir et représenter notre pays. Je ne regarderai plus jamais le port d’Halifax de la même manière. Et c’est tant mieux.

Date de modification :