L’Équipe de la Défense réfléchit aux progrès réalisés et aux voies à suivre : aborder l’intersectionnalité, atteindre l’équité

Étiquettes : |

Par capitaine Kathleen Soucy

Le 21 mars, l’Équipe de la Défense s’est réunie dans le grand hall du Quartier général de la Défense nationale pour commémorer la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale.

Il y a cinquante-neuf ans, à Sharpeville, en Afrique du Sud, 69 personnes ont été tuées par la police lors d’une manifestation pacifique contre les lois d’apartheid du pays. Six ans plus tard, l’Assemblée générale des Nations Unies a appelé la communauté internationale à intensifier ses efforts pour éliminer toutes les formes de discrimination raciale, en proclamant une journée spéciale de commémoration annuelle, le 21 mars.

La Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale est l’occasion de réfléchir aux progrès de notre société, mais aussi de reconnaître que chaque individu a un rôle à jouer pour mettre fin au racisme.

« Les membres des Forces armées canadiennes (FAC) doivent se montrer à la hauteur de notre éthique et de nos valeurs, en comprenant que nous avons le devoir de lutter contre tout type de discrimination raciale et d’intolérance. Tous les Canadiens, peu importe leur expérience ou leur ethnicité, sont invités à se joindre à nous en uniforme et à servir fièrement le Canada », a déclaré le lieutenant-général Charles Lamarre, champion des minorités visibles de la Défense et commandant du Commandement du personnel militaire.

Cette année, l’Équipe de la Défense a choisi le thème « Aborder l’intersectionnalité, atteindre l’équité » pour son événement national. Claude Rochette, sous-ministre délégué de la Défense nationale, a parlé dans son discours de l’importance d’utiliser l’analyse comparative entre les sexes+ (ACS+) comme partie intégrante de notre travail.

« Une analyse ACS+ n’est pas seulement une liste de vérification ou un acte machinal que l’on fait avant de soumettre une proposition, a dit M. Rochette. C’est une évaluation importante de l’effet différent que votre produit, politique ou plan pourrait avoir sur différentes personnes. »

Galerie d'images





Le lieutenant-général Lamarre a insisté davantage sur l’importance de l’intersectionnalité en expliquant comment elle nous aide à combattre les préjugés inconscients. Il a également parlé de l’importance d’avoir l’occasion de discuter ouvertement des questions de racisme et de discrimination, et a souligné le rôle central du Groupe consultatif sur les minorités visibles de la Défense.

Suite aux présentations du leadership, Barbara Waruszynski, directrice générale – Recherche et analyse (Personnel militaire) (DGRAPM), a présenté les résultats d’une étude sur les perceptions du racisme et du harcèlement vécues par les minorités visibles et les peuples autochtones au ministère de la Défense nationale (MDN) et dans les FAC. Elle a souligné l’importance d’utiliser ces résultats pour lutter contre le racisme et le harcèlement et pour améliorer la diversité, l’inclusion et l’équité en matière d’emploi.

L’événement s’est terminé par une discussion interactive sur le thème “Attitudes et comportements” animée par Nadia Lécuyer, directrice générale, Gestion intégrée des conflits et des plaintes. Mme Lécuyer a parlé des préjugés inconscients et de leur lien avec les microagressions intentionnelles ou non intentionnelles.

L’Équipe de la Défense s’est engagée à constituer un effectif qui reflète les idéaux canadiens de diversité, de respect et d’inclusion. La diversité consiste à faire en sorte que chaque individu compte et à permettre à chacun de développer ses compétences tout en maximisant son potentiel. En tant que pratique, politique et culture institutionnelle, nous reconnaissons, accueillons et promouvons activement la diversité comme une valeur institutionnelle fondamentale.

Date de modification :